Publié par Laisser un commentaire

Extrait cours : Apprendre la couture au point sellier

Pour commencer, je me dois d’expliquer un concept primordial avant d’aborder la couture au point sellier :

Il n’y a pas UNE façon de procéder mais une multitude selon le projet.

Le plus important étant que la méthode soit adaptée au besoin.

C’est la méthode qui s’adapte au besoin, pas l’inverse !

Chaque artisan travaille à sa manière, je vous expose ici les différentes méthodes explorées. D’autres artisans font autrement, pensent autrement et c’est ça qui est chouette et enrichissant.

0. Ce qu’il vous faut pour suivre ce cours

Je vous invite à suivre ce cours en ayant vos outils de couture avec vous pour tester directement ce qui est expliqué.

Utilisez des chutes de cuir, et faites de petites sections, pas besoin de coudre 3 kilomètres pour essayer quelque chose 🙂

Prenez des notes ! Écrivez ce que vous entendez ou voyez à votre façon, pour mieux intégrer ce cours.

1. Tracer la ligne de couture

Tracer les lignes de couture est une étape très importante car elle participe au rendu final de la couture.

C’est donc à ne pas prendre à la légère car difficile à rattraper par la suite.

Que l’on fasse ses lignes avant ou après découpe (choix selon projet), il est important que la ligne de couture tracée à l’aide d’une pointe sèche, soit suffisamment marquée pour accueillir la pointe de l’alêne, la molette ou griffe à marquer les points, ou encore une griffe à frapper.

En effet le creux de cette ligne va servir de guide pour placer les outils et être régulier dans sa couture.

Autre élément important : Il vaut mieux tracer moins que trop !

Je m’explique : si vous tracez un endroit où la couture ne sera pas présente, ce sera visible et inesthétique. Je vous conseille donc de faire attention à tracer un peu moins.

Par exemple, si j’ai un coin, je le marque avant de tracer en faisant un point et ma ligne vient se “jeter” dedans sans dépasser.

Si je n’ai pas de coin et que je ne sais directement où ma fin de couture va tomber (chose rare pour ma part car je le prévois et vous invite à le prévoir mais cela demande une certaine habitude), j’arrête ma ligne 5mm avant la zone, quitte à revenir dessus par la suite au bon moment.

Marteler la couture

Réaliser une belle couture au point sellier, c’est un plaisir, mais souvent le cuir plisse à cause du serrage de la couture et le fil ressort beaucoup, parfois de façon irrégulière. Marteler la couture peut permettre d’avoir un rendu de finition plus poussé.

Marteler permet d’écraser le fil et de l’intégrer au cuir, mais aussi d’aplanir les « plis » du cuir si le serrage est un peu fort, et refermer les trous d’alêne sur le fil.

Bref, c’est un geste à mon sens à faire pour avoir une belle finition de couture.

Ne pas prendre n’importe quel marteau pour marteler la couture, il faut un marteau à panne arrondie et lisse (poli miroir) pour ne pas blesser le cuir.

Plus couramment appelé « marteau à planer », il ne sert pas à planter des clous !

Il faut conserver le lissage de la panne du marteau pour ne pas marquer le cuir.

J’utilise à titre personnel un marteau que j’ai spécialement dédié au martelage (et uniquement à ça), un ancien marteau à sucre en laiton … (« toffee hammer » en Anglais).

Petit, lourd, simple, efficace et pas cher.

Pour le geste, c’est basique … attention à ne pas trop pencher le marteau et ne pas blesser le cuir (personnellement j’ai vraiment arrondi les tranches de la panne du marteau), on écrase le fil et le cuir, sans trop appuyer non plus.

Le fil s’écrase beaucoup sur le coup, mais regonfle par la suite au moment de la finition à l’encaustique.

Il s’incruste dans le cuir (si on démonte la couture, on peut constater que le fil crée une gorge dans le cuir)

Utiliser un tas bien lisse et sans arêtes tranchantes ou blessantes aide beaucoup (type mini enclume), cela demande moins de force et aide à la régularité.

Le cuir aussi s’écrase et c’est tant mieux, les plis ou bosses s’effacent,  le cuir redevient lisse et régulier.

Marteler les coutures est un geste souvent oublié, qui pourtant améliore grandement le rendu général de l’article en cuir fabriqué, à vous de jouer.

Fin de l’extrait

Pour accéder au cours complet
Cliquez ici

A tout de suite
Tithouan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *