Catégories
créer ses patrons Uncategorized

Extrait cours – Imaginer et créer ses propres gabarits

Avant de commencer

La façon dont je travaille m’est propre.

L’ordre dans lequel je fais les choses n’est pas figé dans le marbre comme étant LA SEULE façon mais bel et bien un partage de comment je procède personnellement.

Beaucoup de paramètres entrent en jeu dans la création de gabarits pour la maroquinerie

Je vous invite à trouver votre propre méthode selon les besoins de votre projet et vos outils.

Mon but ici est de vous montrer une approche simple, le plus objectivement possible, sans matériel coûteux mais pour bien comprendre les principes de base.


Casser ses peurs

Créer son propre modèle, c’est oser l’imaginer, faire un croquis et surtout ESSAYER, OSER !

Je pense que c’est la base.
Trop souvent C’est cette peur de ne pas y arriver ou de gâcher qui va créer un frein et que l’on n’ose pas se lancer.

Le premier pas : c’est de faire un croquis.

Inutile d’avoir fait les beaux arts, ce n’est pas un dessin d’art que l’on veut mais un dessin qui pose l’idée, le concept.

Les phrases du genre :
“Je ne sais pas dessiner !” : Si tu sais tenir un crayon et tracer un trait, alors tu peux faire un croquis.
“Ce n’est pas à l’échelle !” : Pas grave, tant que le patron final l’est !
“Le rendu n’est pas beau !” : On s’en fiche !

Ce dessin peut être raturé, accompagné de texte, de flèches, bref le but n’est pas de faire un chef d’œuvre mais juste visualiser, représenter l’objet sur le papier.

Cette étape est importante, c’est l’étape intermédiaire entre l’imagination, et la mise à plat du projet.

On passe de la 3 dimensions imaginaire à la 2 dimensions concrète pour mieux recréer la 3D 🙂


Équipement

Pour le croquis : du papier et un crayon

un crayon, une gomme et un emballage d’une tablette de chocolat 🙂

Ou sur informatique pour les plus avancé
(en général si vous êtes déjà initié aux logiciels de dessins, vous n’avez pas besoin de ce cours :D)

Je pense que le papier et le crayon sont une bonne base à maîtriser pour commencer, faire de ses mains aide le cerveau à mieux intégrer, l’informatique peut venir par la suite bien sûr.


Prototype

Outils : réglet, mètre couturière (souple), de quoi marquer les repères sur la matière (crayon, stylo etc.), de quoi couper la matière.

Le mètre couturière est une grande aide pour mesurer les objets en volume.
Je conseille fortement cet outil (ne coûte pas grand chose et très pratique !)


Je fais le premier prototype le plus souvent en papier.

C’est une matière accessible, on peut la plier, coller un bout s’il en manque ou en couper s’il y a en a trop
On peut surtout écrire dessus.

Pour le prototype, j’utilise de la refente (croûte de cuir), sinon trouver un cuir bas de gamme ou du simili-cuir basique.

Croûte de cuir ou refente

Le but est de trouver une matière qui sera assez proche des caractéristiques techniques du cuir,
en terme d’épaisseur, souplesse et tenue de la matière, mais aussi le moins cher.

Un prototype sert de support et il est rarement bon du premier coup.
Il faut donc pouvoir “sacrifier” la matière sans arrière pensée.

Vu le prix du cuir, j’y prête une attention toute particulière.

Autre avantage, on va pouvoir écrire dessus, faire des repères etc.
Il pourra servir de patron pour reporter sur le cuir, ou servir de base pour créer un patron rigide.

Par la suite, si l’on ne sait pas quoi faire de ce prototype, on peut toujours le recycler comme martyr de coupe, pour cela, il suffit de coller plusieurs couches ensemble.
Ce bloc peut accueillir les lames d’emporte-pièce ou les griffes à percer (le tapis de coupe dira merci).

Si la surface est grande, on peut aussi le réutiliser pour des prototypes de plus petit objets.

Il faut donc bien comprendre que l’on va utiliser de la matière et surtout : LA PERDRE.

On ne réalise pas un objet fini mais on pose les formes et le concept de fabrication.

L’idée est donc de ne pas perdre de temps en faisant un point sellier traditionnel pour assembler les pièces par exemple.


Démonstration de réalisation de 2 modèles

Ces 2 modèles, je ne les ai jamais fait, ils sont juste prêts dans ma tête, je les crées donc en direct pour ce cours.

Vous verrez donc des tâtonnements, des erreurs (oui oui, je montre tout lol)
et surtout la réalisation complète du gabarit : du croquis sur le papier, au patron rigide.

Je ne montre pas la réalisation de l’objet final, ce n’est pas le thème de ce cours, je montre la création du patron.


Fin de l’extrait

Pour suivre ce cours, cliquez sur ce lien :
https://apprendre-la-maroquinerie-travail-du-cuir.com/cours/imaginez-et-creez-vos-propres-gabarits-patrons/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *